Sistema medico-giuridico in Francia

La Francia possiede un sistema non contenzioso per il trattamento dei dossier di danno iatrogeno.

Parallelamente, il sistema giudiziario, nelle procedure contenziose, si divide in Penale, Civile ed Amminstrativo.

Al di là del primo caso, dove la responsabilità penale del medico tocca il professionista in primis, il sistema civile è apannaggio dei contenziosi riguardanti i professionisti operanti nel privato, mentre il sistema amministrativo è usato nei casi in cui il professionista sia dipendente di una struttura pubblica.

In quest’utlimo caso, la procedura non si attacca direttamente al medico bensì al nosocomio, sotto l’egida del quale il professionista opera.

Laddove la responsabilità del medico non venga riconosciuta, se il pregudizio subito dal paziente supera certe soglie di gravità, fissate da Decreto, la persona che ha subito il danno viene indennizzata da un ufficio apposito del Ministero della Salute francese, l’ONIAM (Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux). Nel caso in cui, durante una procedura non contenziosa, a seguito della perizia, la colpa medica fosse riconosciuta, e nel caso in cui l’assicurazione dell’ospedale o del professionista rifiutasse di ottemperare, il sistema prevede che il paziente sia comunque indennizzato e l’ufficio del Minstero attua, in seguito, una procedura di ricorso contro l’assicuratore. In tal modo il paziente ottiene rapidamente la compensazione pecuniaria prevista, in funzione del pregiudizio, e non necessita di mettere in atto successive ed eventuali procedure in appello.

Per informazioni più precise puoi scrivere a assomedif@protonmail.com


La France possède un système non contentieux pour traiter les dossiers dérivant d’un dommage d’origine iatrogène.

Parallèlement, l’organisation juridictionnelle, concernant les procédures en contentieux, se divise en Ordre Judiciaire (Pénal et Civil), d’une part, et en Ordre Administratif, d’autre part.

Hors mis le cas pénal, où la responsabilité engage directement le médecin par une procédure pénale, le système civil est apanage des contentieux dans l’activité privée du praticien, tandis que l’administratif est utilisé dans les cas où le professionnel est salarié d’un établissement public.

Dans ce dernier cas, la procédure prévoit que le patient n’adresse pas ses doléances directement au praticien, mais à l’établissement de soins, sous l’égide duquel le médecin exerce.

Dans le cas où la responsabilité du praticien ne soit pas reconnue, si le préjudice dépasse un certain seuil de gravité, fixé par décret, la personne endommagée est indemnisée par un Office du Ministère de la Santé, l’ONIAM (Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux). Dans le cas où, lors d’une procédure, suite à l’expertise, une faute médicale soit reconnue, et si l’assureur de l’hôpital ou du médecin refuse d’obtempérer, le système prévoit que le patient soit indemnisé. Ensuite, l’Office du Ministère déclenche, dans un deuxième temps, une procédure récursoire contre l’assureur. Un tel système permet au patient d’être indemnisé rapidement, avec une compensation qui est en fonction du préjudice, et ne nécessite pas qu’il agisse directement avec des procédures ultérieures .